Guide sur la communication, les interactions sociales et les attentes sociales entre personnes autistes et personnes non autistes en milieu de travail

De nombreuses personnes autistes souhaitent travailler. Des études suggèrent que les difficultés dans la communication et les interactions sociales entre personnes autistes et personnes non autistes seraient les plus grands obstacles au maintien en emploi des personnes autistes (Black et al., 2020 ; Lorenz et al., 2016). L’idée du projet est née du fait que la majorité des stratégies mises en place dans les milieux de travail ont été des formations destinées aux personnes autistes pour qu’elles surmontent leurs difficultés sociales et communicationnelles (Scott et al., 2015). Pourtant, la théorie de la double empathie suggère que les malentendus et les difficultés de communication entre personnes autistes et personnes non autistes résulteraient d’une rupture de la compréhension mutuelle entre des personnes qui tentent d’interagir en ayant des façons différentes d’être dans le monde (Milton, 2012).

Le premier objectif du projet est de sensibiliser et d’informer les employeurs, employeuses, employés et employées non autistes au sujet des difficultés entourant les attentes sociales, la communication et les interactions sociales entre personnes autistes et personnes non autistes, qui nuisent à l’accès et au maintien en emploi des personnes autistes, ainsi que la part de responsabilité qui leur revient.

Le second objectif est de proposer, à l’aide d’un guide, des solutions visant à faciliter la communication et les interactions sociales entre personnes autistes et personnes non autistes en milieu de travail, de même qu’à modifier les attentes sociales et ultimement, à améliorer la compréhension mutuelle, et ce, afin de favoriser l’accès et le maintien en emploi des personnes autistes, de leur permettre d’atteindre leur plein potentiel dans leur milieu de travail et d’améliorer leurs conditions de travail.    


Membres de l’équipe du projet

Marilou Charron, chercheuse responsable du projet, CRISPESH

Isabelle Courcy, professeure, Université de Montréal

Marjorie Désormeaux-Moreau, professeur.e, Université de Sherbrooke

Bee Bergeron, auxiliaire de recherche, CRISPESH

Organisme subventionnaire

Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale

Skip to content